Fascinante à bien des égards, parfois déroutante même, Singapour ne se cantonne pas au rôle de hub financier que le monde entier veut lui prêter. C’est une destination à part entière, où les prouesses architecturales côtoient une nature phénoménale. C’est certain, la mégalopole du futur n’a pas volé son titre de ville jardin.

Singapour, une vraie ville verte ?

Singapour, ville verte
Singapour, la ville verte

On m’avait dépeint une ville goudronnée, lisse voire aseptisée, plantée de curieux buildings érigés en monuments historiques. Il faut dire que Singapour est jeune, cinquantenaire, à peine plus, et si son passé n’en demeure pas moins riche, c’est son dynamisme récent et ses constructions de verre et d’acier qui magnétisent l’attention. On aurait bien tort de s’arrêter là, aux abords de la Marina, sans doute le lieu le plus connu de la ville. La cité-Etat recèle bien d’autres trésors cachés. Terre marécageuse au sud de la péninsule malaise, elle dissimule dans ses entrailles une nature généreuse, surprenante, comme une invitation à l’aventure.

1 – Central Catchment Nature Reserve

Le pont suspendu de Mac Ritchie
Le pont suspendu de MacRitchie

L’exemple le plus criant, une réserve de 2000 hectares, précisément au milieu de l’île principale d’Ujung, à seulement 12 km du centre-ville. Il s’agit du plus grand espace vert de Singapour, on y pénètre par le MacRitchie Reservoir, au sud, un vaste plan d’eau encerclé par une épaisse forêt équatoriale. On est juste aux portes de la ville et pourtant nous voilà déjà loin, ailleurs. A mesure que l’on s’enfonce dans la végétation à travers des sentiers parfaitement balisés (on est tout de même à Singapour), le sifflement incessant de la jungle se fait assourdissant. Sur le trajet on croise des écureuils, des reptiles de toutes sortes et des macaques joueurs, un peu trop… Il faut marcher une heure et demi au moins pour atteindre la Treetop Walk, un pont long de 250m suspendu à 25m du sol, au-dessus de la canopée. On pourrait rester là des heures, au beau milieu de nulle part. Au loin, et dans un certain angle, on aperçoit les premiers immeubles de la skyline singapourienne. Partout autour, le vert domine. Le trajet retour se fait sans peine, en s’engouffrant encore davantage dans la jungle pour pouvoir en ressortir. Impossible de se perdre, les quelques joggeurs et étudiants croisés sur le chemin connaissent la forêt par cœur.

 

2 – Singapore Botanic Gardens

Dans le prolongement d’Orchard Road, la Mecque du shopping local, se trouvent les célèbres jardins botaniques de Singapour. Célèbres, parce qu’inscrits depuis 2015 au patrimoine mondial de l’Unesco. Découpé en plusieurs zones, le lieu abrite notamment le National Orchid Garden, comparé, toutes proportions gardées, au jardin de Monet à Giverny. Une farandole de senteurs et de couleurs qui attire naturellement les foules, venues se perdre dans ses allées bien rangées. Outre les 3000 variétés, sauvages ou hybrides, le Jardin des Orchidées, s’enorgueillit d’une section VIP, où les fleurs sont baptisées en référence à des personnalités : Margaret Thatcher, Lady Di, le couple Obama… Même François Hollande possède la sienne. Aux abords du jardin, les familles singapouriennes viennent se détendre ou déjeuner dans un restaurant en terrasse. Depuis peu, une nouvelle section a ouvert ses portes au public avec un parcours sur pilotis traversant une forêt primaire. La zone, surnommée « learning forest tour », appartenait il y a encore quelques mois à la Malaisie avant d’être restituée à la cité-Etat. Aujourd’hui, c’est peut-être la partie la plus impressionnante des jardins botaniques. On a le sentiment de naviguer au milieu des arbres, à hauteur de branche, avec à chaque tournant de nouvelles perspectives magnifiques.

3 – Sungei Buloh Wetland Reserve

C’est l’un des secrets les mieux gardés de Singapour. Une réserve naturelle marécageuse au nord-ouest de l’île, longeant le détroit de Johor. Une mangrove paisible où cohabitent hérons, martins pêcheurs, aigles-pêcheurs, varans et crocodiles de toutes tailles dans l’harmonie la plus totale. Il n’est pas rare non plus d’y croiser des loutres cachées dans les feuillages ou jouant dans les cours d’eau. Çà et là des structures en bois dissimulées dans les arbres comme des nids, permettent aux visiteurs d’observer cette faune, et particulièrement les oiseaux en toute discrétion, sans jamais être vus. Les buildings qui se dessinent à l’horizon ne gâchent en rien la magie de l’endroit. C’est déjà la Malaisie, la ville frontalière de Johor Bahru, développée et dynamique, qui semble courir derrière sa voisine sans parvenir à la rattraper. Ce face à face entre les deux pays donne lieu à un contraste inattendu et nos codes s’en trouvent chamboulés : Singapour est sauvage et la Malaisie ultra-urbanisée, il faut le voir pour le croire.

Non loin de là, on s’octroie une halte dans un lieu non dénué de charme et encore aux antipodes de l’image que l’on se fait de la cité du Lion : Bollywood Veggies. La ferme biologique fondée par Ivy Singh, une activiste modérée et célèbre figure locale, constitue un passage obligé pour les adeptes de tourisme responsable et une table généreuse pour les gourmands.

4 – Pulau Ubin

Lorsque l’on pense à Singapour on oublie souvent  qu’il s’agit non pas d’une île mais d’un archipel. Il y a donc Ujong, la principale, incarnation de la cité-Etat, Sentosa, la touristique, avec ses plages et ses parcs d’attractions, et il faut ajouter à cela une soixantaine de petits confettis, bases militaires ou zones industrielles pour la plupart, répartis aux alentours. Parmi ces derniers, une île sort du lot : Pulau Ubin. Prise en étau entre Ujong et Pasir Gudang en Malaisie, ce territoire insulaire que l’on croirait abandonné, sans eau courante ni électricité, est en fait un havre à la nature préservée qui rappelle à ceux qui l’ont connu le Singapour d’hier. Pour la rejoindre, on se rend à l’est de la ville, dans le quartier de Changi et on embarque sur un bumboat local pour une traversée de 10 minutes. Arrivés sur le ponton en bois, le dépaysement est instantané, on est accueillis par une nuée de loueurs de vélos, le seul commerce à faire encore florès sur l’île. On enjambe notre monture et en route pour les anciennes carrières de granits, aujourd’hui remplies d’eau. Sur le chemin on croise des temples, parfois curieux où les locaux et les visiteurs de passage viennent se recueillir. Mais le véritable trésor de l’île se trouve à l’est, les marécages de Check Jawa, l’un des écosystèmes les plus riches de Singapour avec pas moins de six habitats naturels différents où vivent reptiles, mollusques et autres sangliers. Un site sublime qui révèle notamment une magnifique mangrove.

5 – Southern Ridges

Pour trouver du vert à Singapour, inutile de chercher bien loin. C’est dans le cœur battant de la ville que se trouve l’une des plus spectaculaires randonnées urbaines au monde, les Southern Ridges, ou cimes du sud, en référence aux hauts plateaux qui composent la zone, une rareté à Singapour. Cet ensemble qui s’apparente à une version ultra design de la Petite Ceinture parisienne ou de la High Line new-yorkaise, réuni 5 parcs sur 10 km de long, connectés les uns aux autres par des ponts et passerelles qui serpentent au milieu de la végétation. Un paradis pour les joggeurs, maintes fois instagramé, on pense notamment aux tortueuses Henderson Waves, point d’orgue du parcours. Le sentiment de se perdre dans une forêt sans fin, en pleine ville, se faufilant parmi les arbres sans jamais les déranger, est tout simplement étourdissant ! Alentour, émanant de la jungle luxuriante, une collection d’immeubles plus étonnants les uns que les autres à l’instar de The Interlace, l’un des chefs d’œuvre architecturaux de la ville, bâti façon Legos imbriqués.

Vous l’aurez compris, Singapour est une terre méconnue qui n’a pas fini de surprendre. Les conseillers OOVATU imaginent des programmes originaux pour vous faire découvrir la cité-Etat en profondeur, son dynamisme et sa nature foisonnante.

Edson

Edson

De l'Asie aux États-Unis, du bassin méditerranéen à la Scandinavie, j'aime découvrir le monde dans toute sa diversité. Plus qu'une passion, le voyage est pour moi une philosophie de vie.
Edson