Colonisée au XVe siècle par Christophe Colomb, Saint-Domingue est devenue l’archétype de la ville coloniale. De l’université à l’hôpital en passant par la cathédrale, le quartier colonial de la capitale de République Dominicaine est aujourd’hui classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

À l’image du continent américain, la République Dominicaine a fait face à la colonisation européenne aux XVe et XVIe siècle. Une colonisation qui laisse encore aujourd’hui un fort héritage culturel. À Saint-Domingue, dans la “ciudad colonial” comme l’appelle les locaux, l’histoire est à portée de main. Architecture baroque, vieilles bâtisses, vestiges historiques coloniaux… Tous témoignent de l’influence culturelle des colons.

Au nord de la zone historique

Profitez de votre voyage en République Dominicaine pour visiter la ville coloniale de Saint-Domingue. Commencez votre balade par le nord, vous y verrez l’église de Santa Barbara, superbe monument du XVIe siècle. Ornée de ses deux tours carrées, elle est l’un des plus beaux bâtiments de la ville. Descendez un peu et vous voici sur Calle Arzobispo Merino, réputée pour ses nombreux bars et restaurants allant jusqu’à Calle Emiliano Tejera. Vous y trouverez notamment le VENETO Café Lounge, jeune et branché, ou encore le Lulù Tasting Bar, typiquement dominicain et dont la carte vous ravira ! Il n’est pas chose rare à Saint Domingue de voir des spectacles dansants ou musicaux devant les restaurants pour égayer vos soirées, alors n’hésitez pas à vous balader dans cette rue coloniale qui ne pourra vous apporter que des bonnes surprises. Allez admirer les vestiges du monastère de San Francisco vers l’ouest, premier des Amériques puisqu’il a été bâti en 1512. En partie brûlé en 1586 puis détruit par un tremblement de terre en 1673, ses ruines restent toutefois impressionnantes. Reprenez votre route jusqu’à la Casa del Cordon, première maison en pierre de Saint-Domingue, qui fut commandée en 1502 par Francisco de Garay. A noter que Diego Colomb, fils du navigateur, et sa femme ont vécu dans cette imposante demeure. Dans le même secteur, à la limite de la ville, vous pourrez apprécier le musée Juan Pablo Duarte, fondateur de la Trinitaria, à l’origine de l’indépendance dominicaine. Les plus curieux iront jusqu’aux remparts vers l’est afin d’admirer l’Atarazanas Realas abritant une splendide collection d’armes, de vaisselle, de monnaie mais aussi de bijoux.

La première cathédrale des Amériques

En poursuivant votre route, vous remarquerez rapidement sur votre droite, une place avec une statue en son centre : Vous êtes à Colombus Park. Cette statue de bronze et de granit a été sculptée en hommage à Christophe Colomb, son bras tendu indiquant le Nord. Juste en face du célèbre navigateur, vous pourrez remarquer une cathédrale accompagnée de deux cloches. Santa Maria La Menor est la première du continent. Diego Colomb, fils de Christophe, y posa la première pierre en 1514 mais le bâtiment ne vit le jour que 28 ans plus tard. Si vous tournez à droite, sur Calle Padre Billini, vous verrez de nombreuses autres pièces architecturales de la zone coloniale comme la Casa de Tostado ou encore l’église de Los Dominicos.

Calle Isabel La Catolica, typiquement coloniale

Parallèlement à la Calle Arzobispo Merino, vous trouverez vers l’est la Calle Isabel La Catolica. Nommée ainsi en l’honneur de la Reine de Castille, elle débouche sur de nombreuses merveilles architecturales. Du nord au sud de la rue, vous ferez un vrai pèlerinage de l’art. Près de la Place d’Espagne, vous pourrez apercevoir le musée de Las Casas Reales. Bâti en 1520, peu de temps après l’arrivée des colons, il renferme aujourd’hui l’histoire espagnole de la conquête du territoire jusqu’en 1821. Poursuivez votre chemin et vous tomberez sur le Panteon Nacional. Plus récent, il fut construit en 31 ans ! Il était à la base une église puis un dépôt, puis un théâtre avant d’abriter les défunts héros de la nation. Vous pourrez notamment y voir la relève de la garde toutes les 30 minutes. En poursuivant votre chemin, vous tomberez sur des musées, des vestiges de bâtiments militaires mais aussi sur de charmants hôtels. Notamment le Nicolas de Ovando, ancienne demeure du navigateur au début du XVIe siècle avant d’être rénovée. L’édifice qui accueille l’ambassade de France, juste de l’autre côté du trottoir et érigé au XVIe siècle, a également été la propriété de Nicolas de Ovando et du célèbre colon Hernan Cortès.

Exotique, singulière, dépaysante… La zone coloniale de Saint Domingue vous fera passer des vacances comme nulle part ailleurs. L’authenticité de la ville cohabite avec son attraction touristique, vous offrant un magnifique cocktail de couleurs, de détente et d’histoire.