Quand on embarque dans le Belmond Eastern & Oriental Express, le train n’est plus un véhicule pratique pour relier un point A à un point B. C’est un art de voyager, un saut dans le temps, un appel à une douce nostalgie et au romanesque. Durant cette virée épicurienne au cœur de contrées exotiques, on découvre avec des yeux émerveillés des étendues de jungle luxuriante et des rizières ondulant à flanc de montagne.

À la découverte des villes et paysages de l’Asie du Sud-Est

Le voyage commence à Singapour, à 16h. Il prend fin 48h plus tard à Bangkok, après avoir remonté la péninsule malaise et traversé la région de Kanchanaburi. Singapour est une ville qui mérite qu’on lui dédie quelques jours. Elle fascine par sa force architecturale. Sa modernité en fait une véritable ville écologique du futur. Elle est en plus un lieu de melting pot inédit et la capitale culinaire d’Asie du Sud-Est. Faire le trajet jusqu’à Bangkok à bord de l’Eastern Oriental Express, plutôt qu’en sautant de ville en ville en avion, permet de se poser et de prendre le temps de contempler le paysage. On se rend alors compte de leur contraste saisissant, dès que l’on passe la frontière thaïlandaise. La Malaisie, c’est la jungle sauvage. En Thaïlande, on découvre un paysage de campagne où les rizières se succèdent sur des kilomètres.

Tout cela, on l’observe depuis le bien nommé Observation Desk. Ce wagon ouvert sur l’extérieur est un espace convivial où se retrouvent les voyageurs. On y converse, on y boit l’afternoon tea et l’on y profite du lever et du coucher du soleil. En effet, on se lève tôt à bord du train : 6h. Après avoir passé une demi-heure à admirer le paysage, on a tout le loisir de se recoucher avant de partir en excursion pour la journée. Voyager en train ne signifie donc pas rester enfermé sous une cloche de verre, on profite véritablement des pays que l’on traverse. Les plus sportifs partent en randonnée et ceux qui le préfèrent peuvent visiter des villages et rencontrer leurs habitants.

Ce voyage ravira les amateurs de train qui ont déjà eu la chance d’embarquer à bord du Venice-Simplon Orient Express. Mais ceux qui veulent découvrir l’Asie d’une manière originale y trouveront aussi leur compte. Nul ne peut rester insensible à la sensation de profonde déconnexion qui imprègne l’ensemble du trajet. L’arrivée à Bangkok n’en est que plus saisissante : après cette tranquillité inimitable, on prend la pleine mesure de la délicieuse frénésie qui agite la ville et ses marchés. Ce temple du shopping, aussi vivant de nuit que de jour, a été construit sans logique d’urbanisme et offre un mélange joyeux et désorganisé entre modernité et tradition.

La vie à bord de l’Eastern Oriental Express

Dans le train, on a l’impression de faire un véritable bon dans le temps vers les années 1940-1950. La vie à bord suit un rythme bien défini : après le café au lever du soleil et les excursions, on se retrouve au wagon bar pour un apéritif. Pour le dîner, tout le monde s’apprête. C’est un cérémonial très agréable qui fait partie de l’esprit de ce voyage. Il faut faire honneur à l’excellente table, tenue par un chef français. Après le repas du soir, on se rassemble autour du piano-bar pour partager un digestif. On profite de cette ambiance à la fois joyeuse et feutrée pendant une ou deux heures avant d’aller se coucher. Tout au long de son séjour dans le train, on est accompagnés par le même personnel, notamment le majordome qui veille au bien-être des voyageurs et devient un véritable compagnon de voyage.

Les cabines en elles-mêmes sont agréables, petites mais très fonctionnelles, et les lits d’un confort absolu. La taille des chambres n’est pas dérangeante puisque l’on voyage léger. Il suffit de se munir de deux tenues de soirée et d’une troisième pour les excursions. La nuit, on s’endort bercé par le roulis des rails qui ne s’arrête jamais. Chose étonnante, mais révélatrice de l’ambiance conviviale qui règne à bord, les cabines ne ferment pas à clé. On dispose simplement d’un petit coffre-fort. Cela donne l’agréable impression d’être chez soi. Les portes sont dotées de fenêtres qu’on peut choisir d’obstruer pour plus d’intimité. Mais la plupart du temps, elles sont ouvertes, et l’on est dans sa cabine comme dans son salon.

L’ambiance du voyage tient aussi à l’univers sonore qui l’enveloppe : ce sont les bruits de la jungle pendant les excursions, le vent qui s’engouffre dans l’Observation Desk, mais aussi les annonces à bord du train : « Mesdames et Messieurs, nous allons arriver à Bangkok. » Le départ du train à la fin des deux jours de voyages constitue lui aussi un souvenir mémorable. Au moment où tout le personnel se met en rang pour dire au revoir aux voyageurs, on a l’impression de quitter un cocon, une sorte de bulle hors du temps, et on le fait avec un pincement au cœur.

 

Pour organiser votre prochain voyage à bord de l’Eastern & Oriental Express, contactez les spécialistes Asie chez OOVATU par téléphone au 01 83 777 007 ou sur www.oovatu.com

Enfant, j’étais fascinée par les albums de voyage de mes grands-parents. Pour mes 7 ans, ceux-ci m’emmènent faire un safari en Tanzanie. Le goût de l’aventure ne m’a plus quittée depuis : Ecosse, Mongolie, Egypte… La découverte de nouvelles cultures m’enthousiasme toujours autant.