L’environnement luxuriant des Seychelles, sur terre et en mer, a fait de cette destination de rêve bien plus qu’une escale farniente. Lors de notre récent séjour, nous avons eu l’occasion de découvrir trois de ses îles à travers trois sports différents. Retour sur cette expérience mémorable.

La plongée à Silhouette

C’est dans le club de plongée de cette île semblant tout droit sortie de la Planète des Singes ou de Jurrassic Park que nous avons pu faire notre baptême. L’Eco Dive Center, situé à 5 minutes de voiturettes de l’unique hôtel de Silhouette, nous accueille dans une ambiance bon enfant. Stressées et impatiences à la fois, Lisa a tout de suite su nous mettre à l’aise. Son équipe, d’origine allemande, anglaise et seychelloise, a une passion communicative, nous avons à faire à de vrais amoureux de l’océan qui ne manquent pas de nous sensibiliser à son écosystème fragile. Après une courte introduction pour apprendre les gestes à utiliser afin de communiquer sous l’eau, un formulaire rempli et une petite liste de consignes à suivre afin de préserver les fonds marins, on enfile pour la première fois nos combis et nos gilets. L’heure est à l’initiation dans la piscine du centre, située sur la plage. Si au départ la respiration semble complexe, nos monitrices sont très pédagogues n’hésitant pas à nous expliquer plusieurs fois les consignes avec un calme des plus appréciables, et surtout un sourire permanent. Sous l’eau, on apprend à désembuer le masque, à perdre et rattraper notre détendeur, toutes les bases avant de passer dans la partie plus profonde du bassin et de s’adonner à différents exercices comme le frisbee sous-marin !

Une heure plus tard et après une courte pause les pieds dans le sable, on monte à bord du bateau qui nous mène à Turtle Rock, notre spot de plongée pour la journée. La bouée et la monitrice à l’eau, c’est à notre tour. Lorsqu’on commence la descente, une douce sensation nous envahie. Très vite, toute peur s’évapore, se perd dans l’immensité de l’océan. On commence à  nager dans des eaux limpides, chauffées par le doux soleil du matin. Nous sommes seulement à 10 mètres de profondeur, mais le sentiment est unique, comme si nous étions complètement coupés du monde où finalement plus rien n’a importance si ce n’est admirer un paysage sous-marin magique, très calme et coloré. On a la sensation de flotter entre les poissons venant se nourrir sur les coraux, on traverse des bancs argentés, on perd toute notion de temps. Il est déjà l’heure de remonter.  56 minutes passées dans les profondeurs de l’océan Indien, juste de quoi nous donner envie de passer notre diplôme au plus vite pour explorer plus loin, plus longuement ce nouveau monde qui s’ouvre à nous. Si nous n’avons pas croisés de gros spécimens, contrairement à notre journée de snorkeling où nous avions vu raies, requins guitares et immenses poissons perroquets, c’est sans regrets car l’expérience ici avait quelque chose de magique, d’indescriptible.

Le vélo à La Digue

La Digue, c’est cette petite île connue pour receler certaines des plus belles plages des Seychelles, peut-être même des plus belles plages du monde. Un bout de terre baigné de soleil où l’on vit simplement, où l’on mange de délicieux mets traditionnels dans des kiosques qui ne paient pas de mine, où on se coupe du monde moderne pour se ressourcer dans une atmosphère 100% créole, et surtout, où le vélo est le moyen de transport incontournable. Ici, habitants comme voyageurs se déplacent en deux roues, et bien que l’arrivée d’un plus grand nombre de curieux ai été de paire avec l’arrivée des buggys, le vélo reste roi. En enfourchant notre bicyclette, on part pour la pointe de l’île ! Sur les bas-côtés, des petites cabanes exposent leurs fruits exotiques, proposent des smoothies glacés pour combattre les 36° palpables, d’immenses tortues profitent du soleil par dizaines çà et là… On marque un arrêt sur la belle Anse Sévère et ses eaux paisibles, peu profondes, idéales pour reposer nos muscles après les premiers coups de pédale. Puis on poursuit notre route avec à gauche, l’océan bordé de palmiers, et à droite des maisonnettes traditionnelles, des petites structures d’hébergement, et une végétation plus dense. Anse Patate défile sous nos yeux, ses immenses rochers granitiques qui semblent tombés du ciel laissent rêveur.

Par moments, on est obligées de descendre du vélo et de le pousser dans les montées tant elles peuvent êtreraides pour le cycliste non confirmé, les descentes elles, se font aisément, avec le sourire d’une enfant folle de vitesse. Arrivées à bout de chemin, on marque une pause pour prendre quelques clichés de ce qui s’offre à nous : l’océan Indien dans toute sa splendeur. Demi-tour, les cheveux au vent pour partir à la conquête du sud de l’île. En chemin, on se perd dans les ruelles et la fatigue commence à se faire sentir. On trouve alors un petit kiosque avec un jardin, dans le quel on peut se poser. Au menu : smoothie de mangue fraîche, beignets de poisson sauce créole et généreuse portion de riz. Un repas en toute simplicité et pourtant l’un des plus savoureux du voyage. Les écoliers vêtus de leur joli uniforme que l’on croise, nous indiquent gaiement, avec une curiosité certaine, le chemin pour l’Union State où l’on trouve le bijou le plus célèbre de La Digue, Anse Source d’Argent. C’est au cœur de ce parc protégé que s’achève notre périple qui aura tenu toutes ses promesses. Nous sommes là, face à l’un des plus beaux joyaux naturels du monde.

Le golf à Praslin

Notre départ est donné à 8h sur l’unique parcours 18 trous des Seychelles, le superbe Lemuria Golf Course, installé dans l’environnement enchanteur de l’hôtel éponyme signé Constance. Les premiers trous, avec la route bordant le départ du 1, le fairway souffrant quelque peu et l’architecture manquant de challenge nous laissent perplexe. On comprend bien vite qu’il nous laissait le temps de nous échauffer avant de nous mettre au défi dès le trou numéro 5. Sur les « back 9 », nos doutes se dissipent complètement,  nous sommes bel et bien sur un parcours d’exception. Des trous vallonnés, des points d’eau audacieux, des bunkers parfaitement entretenus, des paysages époustouflants avec la présence de roches granitiques naturelles au sein même du parcours. Il faut parfois veiller à ne pas se laisser déconcerter par les vues à couper le souffle. Anse Georgette parait presque plus belle d’en haut, et les collines tapissées d’une végétation épaisse sont étourdissantes. Ce par 70 ne déçoit en rien. Il est autant un bijou sur lequel s’exercer pour le plaisir, que dans un esprit de championnat. Le dernier trou, un long par 5 dessiné en hauteur donne sur un panorama merveilleux. De quoi en prendre plein les yeux une dernière fois. On se note de revenir au coucher du soleil, à l’heure où les chauve-souris commencent à déployer leurs ailes et où le ciel prend ses plus belles couleurs.

 

Les conseillers OOVATU, spécialistes de l’océan Indien, vous accompagnent dans l’organisation de votre voyage aux Seychelles, incluant de nombreuses activités adaptées à chaque profil de voyageur. Plus d’informations au 01 83 777 007 et sur www.oovatu.com.

Ayant eu la chance de grandir aux quatre coins du globe, c’est en baignant dans de nouvelles cultures que je m’épanouis. Bien que la passion du voyage me vienne de ma famille, c’est en partant seule à l’aventure en Afrique du Sud que j’ai le plus appris sur moi-même et le monde qui m’entoure.